L'ÉNERGIE DU CORPS
Thérapie biodynamique et énergétique :

Depuis Einstein nous savons que la matière c’est de l’énergie et que l’énergie est constamment en mouvement. Notre vision macroscopique du monde nous amène à penser que la matière dont notre corps est constitué est un élément stable et immobile. Le travail des physiciens quantiques sur l’infiniment petit nous a montré que le corps ressemble en fait bien plus à une rivière qu’à un objet figé.
Cette énergie qui circule dans notre corps est donc constamment en mouvement.
Cependant à chaque restriction de mouvement, un peu de vie se perd, un peu de souffrance s’installe. La thérapie biodynamique va s’efforcer à chaque fois, en restaurant la mobilité perdue, de faire disparaître la souffrance et de ramener la vie.
La mobilité dont s’occupe le thérapeute est totalement indépendante de la conscience et de la volonté. Elle est initiée et entretenue toute la vie durant par le M.R.P.(Mouvement Respiratoire Primaire), qui lui-même résulte d’une contraction-dilatation régulière, 10 à 12 fois par minute, de la névroglie (squelette souple du cerveau).
Le M.R.P. se transmet à toutes les pièces du corps, (os, organes, viscères), par l’intermédiaire des membranes (ligaments, cloisons interosseuses, capsules articulaires, dure mère intracrânienne, dure mère intra spinale...).
Le M.R.P. constitue le 3ème rythme du corps, sa 3ème pompe. Le Liquide Céphalo-rachidien (LCR), circule dans tout le corps, propulsé par le M.R.P., à travers des microtubules.
Il joue un rôle capital dans le transport des nutriments, la récupération des déchets et dans la transmission des messages hormonaux.

La cause de la perte de mobilité est d’origine énergétique.
Elle est toujours la conséquence de l’application indésirable à une structure (articulation, viscère, organe...) d’un apport énergétique perturbateur, qui par son accumulation, va freiner, limiter le mouvement de cette structure.
Il peut s’agir d’énergie cinétique (de mouvement provenant d’un traumatisme ou d’un mouvement forcé).
Ou bien aussi d’un apport excessif d’énergie métabolique (résultant de la transformation des aliments par la digestion).
Dans les deux cas, il s’agit de la même énergie, seule l’origine est différente. Dans les deux cas, elle se stocke aux mêmes endroits (sur les membranes). Et dans les deux cas, elle a les mêmes conséquences, douleur et perte de mobilité.

La cohérence de l’ostéopathie est sans doute l’élément majeur qui lui a permis de traverser les quelques cent années écoulées, tout en demeurant bien vivante.

La thérapie biodynamique et énergétique est d’une douceur surprenante (aucune manœuvre de force n’intervient à aucun moment) et d’une inocuité totale. Etant donné que le praticien ne décide rien et ne fait qu’aider le corps du patient à se libérer de ce qui l’entrave, il lui est impossible de créer une quelconque lésion. C’est une thérapie totalement non violente et non autoritaire.
Elle est d’une très grande précision dans l’intervention et dans la vérification du résultat de cette intervention.
Les tests basés sur l’écoute du MRP permettent de savoir exactement qui est responsable du problème (os, ligament, organe, fascia…), d’où part la demande d’adaptation et qui la contrarie en causant la douleur.

Quant à l’énergétique chinoise, par sa compréhension et sa maîtrise très fine du fonctionnement du corps humain, elle apporte un éclairage précieux.
En effet, en observant le trajet des méridiens sur le corps, on s’aperçoit que les points de commande sont situés sur les membranes, tendons, ligaments, capsules articulaires, aponévroses etc.… ce qui nous ramène à l’ostéopathie, l’énergie se stocke sur les membranes et c’est par le travail sur les membranes que l’on réussi à la faire circuler où l’évacuer.